Qu’est-ce que la sclérose en plaques (SEP) ? Quelle est votre définition ?

Globalement c’est une maladie du cerveau et de la moelle épinière, causée par un déséquilibre du système immunitaire.

Quelles sont les causes de la SEP ?

Il n’y a pas de causes comme dans toutes maladies chroniques telles que le diabète, la tension ou bien Parkinson. Cependant, il y a une prédisposition de naissance basée sur des modifications du terrain génétique, qu’on ne sait pas identifier aujourd’hui mais il faut employer ce mot avec précision car la sclérose en plaques n’est pas héréditaire. Ensuite, on suppose qu’il y a des facteurs d’environnement qui interviennent : il y a davantage de personnes touchées dans villes ou pays où un fort taux sanitaire et de médicalisation sont enregistrés.

Quels sont les symptômes de la SEP ?

Je vais vous présenter les symptômes à travers deux portraits types :

Le premier c’est celui d’une jeune femme de 29-30 ans présentant un symptôme neurologique, caractérisé par un trouble de la vision, de la marche, de la coordination ou de l’équilibre. Il faut savoir que la SEP touche les femmes trois fois sur quatre, l’âge moyen du premier épisode se situe aux alentours de 29-30 ans. De plus, dans 1/3 des cas, la maladie s’engage par la baisse de la vision d’un œil. Ce premier portrait type est le plus fréquent.

Dans le second cas de figure, il s’agit d’un homme de 40 ans et plus, présentant des troubles de la marche d’apparition progressive.

Quel est le quotidien des personnes atteintes de la maladie ?

Nous demandons aux patients de mener une vie normale. Or, lorsqu’on observe ce que sont devenus les personnes atteintes dix ans après, une moitié ne travaille plus et une autre moitié a divorcé. Il y a un taux d’inactivité très important dans la sclérose en plaques, c’est la première cause de handicap chez le jeune adulte en dehors des accidents.

Quels sont les différents niveaux de la maladie ?

Nous avons trois marqueurs. Le premier est l’impossibilité de mener une journée d’activité normale : cela se caractérise par une obligation fréquente de repos commençant à poser des problèmes pour l’emploi, le second marqueur est la nécessité d’utiliser une canne pour se déplacer et le dernier marqueur c’est le fauteuil roulant.

Existe-il un remède ? Peut-on guérir de la SEP ?

Il n’existe pas de traitement curatif. En revanche, il y a des médicaments immuno actifs qui ralentissent sa marche évolutive, en perturbant et en empêchant le système immunitaire de faire des dégâts.

Peut-on vivre normalement avec la SEP ?

 On estime que sans intervention des médecins, environ 20 % de personnes sont atteintes d’une forme peu active. Sur dix ans ou vingt ans d’évolution de la maladie, ces patients sont capables de mener une vie à peu près normale, en ayant toutefois des petites gènes qui les perturbent. Notre objectif avec les traitements c’est d’augmenter ce pourcentage à 40 %. Nous avons des critères pour parler aujourd’hui de « rémission de la maladie », sur les patients n’ayant plus d’activité mesurable de la SEP sur cinq, six, huit ans.

 

réaliser par notre équipe de journaliste.